Sur la musicalité du vide. Volume 1. Expand

Sur la musicalité du vide. Volume 1.

Matthieu GOSZTOLA

Nouveau

13,72 €

Présentation :

« Je me suis mis à écrire après la mort de mon père. Je voulais lui rendre justice,  terminer ce qu’il n’avait pas eu le temps de terminer. »  Mathieu Gosztola, né en 1981, explique ainsi son travail poétique. Professeur de lettres en Hongrie, son père avait quitté son pays en 1956. En France, il a continué le travail d’écriture commencé « mais, regrette Mathieu, « il n’a pas fait la démarche pour publier. » Il avait eu le temps de communiquer l’amour de la littérature à son fils qui se souvient de discussions avec lui à propos de Céline, Rabelais ou Joyce.

Avec ce premier livre, M. Gosztola nous donne une poésie fragmentée - par des silences - dans l’appréhension du temps qui se reconstruit indépendamment de toute chronologie. Fragmentée encore dans la vision du monde jusqu’au fragment qui se dit lui-même en se démultipliant : Prompte agonie / de la lumière / qui se répète / chaque seconde / quelque part / au fond du puits. » E.R,  Ouest-France, 13. 06. 2001. Jacques Bernimolin, artiste liégeois, est mort en 1995 et a laissé de nombreux textes et dessins inédits.

Dessin de couverture de Jacques Bernimolin, 1965.

Extrait :

« Tu es peut-être le poisson coloré
qui frétille dans mon âme
Désapprendre tout
   
L’aveugle qui ôte ses vêtements dès qu’un nuage
nous laisse entrevoir la lune
s’endormira la bouche pleine (de jour) Le ciel est ouvert
Il déverse son lait chaud
comme le ferait un récipient pansu, à anse et à bec.
   
Un oiseau reconnaît la mort
elle a deux cris de plaisir
à la place des yeux »

Matthieu Gosztola, Sur la musicalité du vide. Volume 1.


DU MÊME AUTEUR
AUX ÉDITIONS DE
L'ATELIER DE L'AGNEAU




EAN139782930188317
ThèmeLittérature générale
DisponibilitéDisponible
ISBN102930188316

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis


 


Prix des découvreurs 2007 (prix de poésie des lycées) ex-aequo avec Ariane Dreyfus, pour son livre Sur la musicalité du vide 2.


 "Je me suis mis à écrire après la mort de mon père. Je voulais lui rendre justice,  terminer ce qu’il n’avait pas eu le temps de terminer. »  Mathieu Gosztola, né en 1981, explique ainsi son travail poétique. Professeur de lettres en Hongrie, son père avait quitté son pays en 1956. En France, il a continué le travail d’écriture commencé « mais, regrette Mathieu, « il n’a pas fait la démarche pour publier. » Il avait eu le temps de communiquer l’amour de la littérature à son fils qui se souvient de discussions avec lui à propos de Céline, Rabelais ou Joyce."


Matthieu Gosztola est né en 1980.


                           


 


DU MÊME AUTEUR
AUX ÉDITIONS ATELIER DE L'AGNEAU



SUR INTERNET




Accept Site use cookies